ATHLE.ch VINTAGE | HIGHLIGHTS 14.08.1971 | Au terme d'un concours complètement fou, Meta Antenen (LC Schaffhausen) n'obtient finalement "que" la médaille d'argent du saut en longueur des championnats d'Europe d'Helsinki avec un nouveau record suisse à 6,73 m.

Trois semaines après avoir égalé le record national de Sieglinde Ammann avec 6,64 m et réussi dans la foulée un incroyable saut à 6,81 m (mais avec l’aide d’un vent trop favorable), Meta Antenen va devoir confirmer son rôle de co-favorite du saut en longueur des championnats d’Europe à Helsinki. ATHLE.ch VINTAGE vous raconte le déroulement absolument épique de ce concours, qui a passionné et étonné le monde de l’athlétisme !

Vendredi 13 août est un jour très important pour Meta car avant de participer à la finale du 100 m haies, elle doit d’abord s’aligner pour des qualifications du saut en longueur, où il s’agit de franchir 6,25 m pour entrer en finale. Aucune des sauteuses ne parvient à briller, chacune des favorites s’attelant simplement à se qualifier le plus sereinement possible. C’est la Britannique Sheila Sherwood qui saute le plus loin, à 6,41 m. Un trio composé des trois Allemandes de l’Ouest Ingrid Mickler, Christa Herzog et Heide Rosendahl suit avec 6,40 m, alors que la Polonaise Irena Szewinska est au contact avec 6,31 m. Meta Antenen n’a eu besoin que d’un seul saut pour se qualifier avec 6,28 m. Elle a ainsi pu quitter rapidement le stade pour aller se reposer en vue de la finale des haies. La douzième et dernière qualifiée est la Bulgare Diana Yorgova avec 6,09 m. Sieglinde Ammann termine juste derrière avec 6,03 m; hélas, une fois encore, elle craque lors d’une grande compétition.

Meta Antenen excellente cinquième du 100 m haies en 13″35
En fin d’après-midi, la finale du 100 m haies confirme, s’il est besoin de le faire encore, la suprématie des hurdleuses de l’Est. La course est de toute beauté et le verdict pour la victoire finale est très serré. C’est Karin Balzer qui s’impose en 12″94 devant Annelie Ehrhardt en 12″96. Teresa Sukniewicz complète le podium en 13″21, tandis que les places d’honneur reviennent à l’autre Polonaise Danuta Straszynska en 13″34 et à Meta Antenen qui termine brillante cinquième en 13″35, un chrono bien meilleur que son record suisse de 13″3. Elle sera créditée dans les classements d’un 13″4 qui ne reflète guère le niveau qu’elle avait ce jour-là. Elle peut cependant se vanter d’être la première Européenne de l’Ouest.

Une finale du saut en longueur épique
Le samedi 14 août, c’est le grand jour de la finale du saut en longueur. Les douze finalistes, sans aucune exagération, sont aussi les meilleures sauteuses du monde. Le concours promet d’être passionnant, ce d’autant plus que le stade olympique est plein à craquer. C’est à Meta Antenen que revient l’honneur de lancer la compétition, le tirage au sort en ayant décidé ainsi. Son expérience pour le pentathlon donne un léger avantage à Meta pour gérer autant que possible les deux premiers sauts. Ce fut le cas à Bâle lors des championnats suisses, et ça doit aussi l’être absolument ici à Helsinki. Il est 18 heures, les feux sont lancés. Meta se place vers sa marque, se met dans sa position typique et se concentre. Elle s’élance enfin, la puissance et la dynamique sont clairement visibles dans chacune des foulées de son élan. La planche est assez bonne et l’appel claque en la faisant partir très haut dans les airs. La suspension est magnifique, mais il faut aussi qu’elle pense à ramener ses deux jambes pour atterrir loin en avant. Malheureusement, cette dernière phase n’est pas totalement terminée lorsqu’elle atterrit dans le sable. C’était pourtant un saut de très grande classe. Tout le monde fixe maintenant le panneau lumineux, qui finit par éclairer trois chiffres incroyables : 6 7 3 ! Meta attrape sa tête avec ses mains et rayonne de bonheur; elle vient de pulvériser le record suisse de neuf centimètres et, surtout, d’asséner un grand coup à toutes ses adversaires. 6,73 m, c’est prodigieux; mais que valent-ils vraiment dans cette finale mettant aux prises onze autres folles furieuses ? Dans cette première série d’essais, Ingrid Mickler ne tape pas la poutre correctement et commence avec 6,42 m. Heide Rosendahl, détentrice du record du monde et victorieuse du pentathlon peu de temps auparavant, ouvre sa série avec 6,46 m. Sheila Sherwood est mesurée à 6,38 m et Margrit Herbst doit se contenter de 6,29 m. Il y avait déjà quelque chose de bon dans ces 6,73 m réussis d’entrée : ils peuvent paralyser quelques-unes de ses adversaires. Voici maintenant le deuxième tour, qui permet à Meta de conforter un peu plus sa position de leader avec un nouveau très bon saut mesuré à 6,62 m. Derrière, c’est le drapeau rouge pour Mickler, Rosendahl se montre menaçante avec 6,64 m, Szewinska passe de 6,16 m à 6,54 m et Sherwood saute à 6,52 m. Quoi de neuf avec Viorica Viscopoleanu ? La Roumaine, championne olympique à Mexico, est méconnaissable avec 6,22 m. Cette finale est absolument passionnante, mais dieu qu’elle passe lentement. On en est maintenant à la troisième ronde, qui voit Meta sauter à 6,45 m. Après un début poussif, Mickler se reprend bien et se rapproche avec 6,64 m. Rosendahl reste constante avec 6,63 m. En revanche avec un petit 6,26 m, Herbst sombre au neuvième rang et ne peut plus continuer dans cette finale. Ça fait toujours une concurrente dangereuse en moins.

La tension est à son comble lors des trois derniers sauts
Pour le quatrième tour, il ne reste plus que les huit meilleures. Meta commence à espérer et pour se motiver, elle cherche du regard le drapeau suisse sur un des mâts du stade : «Comme ce serait bien s’il était élevé le plus haut !». Le quatrième essai d’Antenen est toujours très bon, il est mesuré à 6,55 m. Mickler retourne dans ses travers en passant tout droit, alors que Rosendahl fait crier le public. Est-ce arrivé ? Non, 6,66 m ! Sherwood poursuit sa progression avec maintenant 6,62 m. Par contre aucun danger cette fois-ci du côté de Szewinska. Avant les deux derniers sauts, il s’avère nettement que le podium se jouera entre ces cinq athlètes. Avec l’avant-dernière ronde, la tension augmente de manière presque insupportable. Il y a de tout avec Meta Antenen qui atterrit à 6,66 m avec un appel avant la planche ! Dommage, c’était un saut absolument fantastique, au niveau du record du monde ! Ingrid Mickler ne prend pas part à cette série d’essais car elle doit courir la finale du 4 x 100 m avec son équipe. Spontanément, Meta va chercher le survêtement de son adversaire devant sa position de départ, ceci pour gagner du temps pour elle. Elle a aussi également accepté qu’Ingrid puisse effectuer son cinquième saut par la suite. L’Allemande n’est pas parvenue à revenir à temps et, selon le règlement, elle ne peut pas récupérer son essai. Les autres concurrentes restent menaçantes : pour Heide Rosendahl c’est encore une fois excellent avec 6,63 m et pour Sheila Sherwood, son saut est mesuré à 6,57 m.

Le verdict du dernier essai
Le moment de vérité arrive avec le tout dernier essai de cette finale européenne. Meta Antenen réussit encore un saut magnifique à 6,62 m, puis Irena Szewinska s’améliore avec pour elle aussi 6,62 m. Maintenant c’est au tour d’Ingrid Mickler. L’Allemande, qui a conquis le titre européen du 4 x 100 m un quart d’heure plus tôt, sent que le vent arrière est en train de se lever. Plusieurs fois, elle jette de l’herbe en l’air et mesure ainsi la force du vent. Avec beaucoup d’expérience, elle décide de reculer ses marques d’un pied. Elle se concentre, court, mise sa toute dernière carte. Elle frôle tellement la plasticine lors de son appel que les juges-arbitres examinent longtemps l’impact, à la recherche d’une trace, avant de lever le drapeau blanc en signe de validité. Le saut paraît très loin; est-ce la décision ? Elle tombe rapidement sur le panneau lumineux et le verdict est douloureux pour Meta Antenen et probablement pour de nombreux suisses amateurs de sport : 6,76 m ☹ ! Ingrid Mickler exulte alors que Meta constate que la mesure du vent indique +1,8 m/s pour ce saut triomphal, de loin le vent favorable le plus fort de toutes les concurrentes. Il aura fallu attendre le cinquante-huitième des soixante sauts de cette finale pour connaître le vainqueur. Oui, Mickler est absolument une digne championne d’Europe du saut en longueur. Et Meta, qu’en est-il à ce moment-là ? La Suissesse vient de perdre au tout dernier instant une médaille d’or, qui était quasiment autour de son cou. Fait incroyable, elle surmonte la déception probablement mieux que quiconque. Elle se précipite vers la nouvelle championne d’Europe, la félicite chaleureusement – et toutes deux exécutent une danse joyeuse sur le terrain de sport. Un journal ouest-allemand écrit alors : « En un tour de main, Meta Antenen, heureuse et chaleureuse, a été gagnante ». Tous deux s’embrassent avec cordialité, mais en fait Meta n’est pas encore sûre de sa médaille d’argent puisque Heide Rosendahl a encore une ultime chance. Malgré un vent favorable de 1,1 m/s, elle doit se contenter de 6,60 m. Le classement final de ce concours du saut en longueur des championnats d’Europe 1971 à Helsinki est entériné de la manière suivante :
1. Ingrid Mickler RFA 6,76 m
2. Meta Antenen Suisse 6,73 m
3. Heide Rosendahl RFA 6,66 m
4. Sheila Sherwood GB 6,62 m
5. Irena Szewinska Pologne 6,62 m
6. Viorica Viscopoleanu Roumanie 6,39 m
Il s’agit là tout simplement du meilleur concours de saut en longueur de l’histoire de l’athlétisme ! Dans les allées du stade Olympique d’Helsinki, Meta Antenen fait part à la presse de ses sentiments suite à cette incroyable finale : «Le sport peut être juste, sensationnel, inspirant et enivrant; mais aussi dur, brutal, impitoyable et tragique. Le sport peut aussi être humain et sportif. Je pratique le sport et j’en accepte les règles». L’un des journalistes allemands est totalement stupéfait d’entendre ce discours : «Vous, les Suisses, avez gagné cette médaille d’or», a-t-il déclaré en inclinant la tête avec sympathie. Le journal « Sport » résume bien la valeur de la prestation de Meta Antenen : « Avec 6,73 m au premier essai, Meta Antenen a accompli un véritable exploit et surtout accompli une moyenne jamais atteinte dans l’histoire de l’athlétisme sur six sauts : 6,60 m !

Elle réalise ainsi une prestation digne des succès légendaires de Josef Imbach, Paul Martin et Willy Schärer lors des Jeux Olympiques de 1924 à Paris et les performances de classe mondiale de Walter Tschudi au décathlon, de Peter Laeng sur 400 m et de Philippe Clerc au sprint en 1969″. De toutes parts les compliments affluent pour Meta Antenen. Il faut bien le dire, c’est largement mérité pour cette athlète qui a dominé le concours du saut en longueur de 18:00 à 19:40, soit 100 minutes de rêve absolu. La cérémonie protocolaire qui s’en suit laisse la Schaffhousoise sur des impressions mitigées : «Au moment où je me suis tenue sur le podium, pas au sommet comme je l’espérais jusqu’à la dernière seconde de la compétition, lorsque le drapeau allemand de l’Ouest a été levé à la place du drapeau suisse et que l’hymne national allemand, le fameux « Deutschlandlied » a retenti des haut-parleurs, ce moment était pour moi à la fois le plus beau et le plus douloureux de ces championnats d’Europe. C’est pourquoi il est si difficile de dire ce qui m’est passé par la tête. Jusqu’au saut victorieux d’Ingrid, j’avais toutes les raisons de croire en l’impossible. Mais en même temps, je n’ai pas bien commencé. Mes genoux avaient tremblé à la première tentative. J’étais en colère contre moi-même. Mais le trac était plus fort que moi. La tension pendant les derniers jours de préparation s’était soudain concentrée dans le stade, au point de paralyser mes membres. Mais je me suis mordu les lèvres, pincé les cuisses. C’est le moment d’y aller ! Lors de ma première tentative, je n’avais même pas eu une bonne sensation car j’avais sauté très haut, mais pas avancé suffisamment les jambes. Mon dernier saut dans cette série était un fardeau nerveux particulier. J’ai bien sauté, mais je ne me suis pas améliorée. Et à ce moment-là, la vraie guerre des nerfs a commencé. Je me suis assise sur le banc, je me suis relevée à nouveau, j’ai fait les cent pas, les doigts croisés. S’il y avait eu une église à proximité, j’aurais couru droit dedans. Quand Ingrid a commencé – je l’admets – je ne lui ai pas souhaité le meilleur. Elle avait le vent arrière, c’était pas bon pour moi. Cela pourrait la replacer. Il faut imaginer que jamais de ma vie je n’étais aussi proche du but sur lequel je m’étais entraîné pendant des années sous de grandes austérités. Ça aurait pu être le cas à l’issue de cette dernière ronde d’essais, mais je n’osais toujours pas y croire. S’il y a un dieu de l’athlétisme, me suis-je dit, alors je lui demande de m’aider maintenant, de laisser Ingrid se rater. Comme je l’ai dit, ce n’était pas le moins du monde contre ma collègue. Elle méritait le titre aussi bien que moi. Mais n’est-il pas compréhensible de penser à soi dans de tels moments, d’espérer en soi ? Elle a commencé, a sauté très près de la plasticine et a sauté trois pouces plus loin que moi. Le rêve avait disparu, j’étais deuxième. C’était comme construire un château de cartes qui, à tout moment, pouvait s’effondrer en silence. Mais la maison grandit et vous avez maintenant la dernière carte en main. Vous la placez, mais une brise réduit le tout à néant, ou presque. Je suis fière de pouvoir dire que j’ai été un bon perdant quand j’ai félicité Ingrid Mickler. J’ai montré un visage riant, j’étais heureuse de ma médaille d’argent. Mais ensuite, sur le podium, la musique de l’hymne national et le fait que tout le monde se soit levé dans le stade pour cette occasion ont contribué à ce que je doive combattre ardemment mes larmes. Pas par déception, pas par jalousie, mais tout simplement parce que la tension s’est dissoute dans les sons et que quelque chose a bougé en moi, comme un glissement de terrain. La différence entre l’or et l’argent n’est jamais égale à la petite différence de trois centimètres. Mais rien ne pouvait être changé. Il fallait être le premier et l’autre deuxième».

Le temps des récompenses
Après ces émotions du stade Olympique d’Helsinki, il est temps de rentrer au bercail. En arrivant à Schaffhouse, pas moins de 500 personnes attendent Meta Antenen. La jeune médaillée d’argent défile dans les rues de la ville, en présence des autorités et au son de la musique de la ville.

Alors que Meta Antenen a repris le chemin de l’entraînement pour préparer ce qu’on espère être une grande année olympique, le monde sportif national ou même extra-sportif international n’a pas pu faire autrement que de décerner un de leurs prix à la Schaffhousoise. Trois événements majeurs sont à mettre en avant :

 

Mérites sportifs suisses
Pour la vingt-deuxième fois, l’Association suisse des journalistes sportifs a procédé à son attribution annuelles des distinctions pour les mérites sportifs suisses. La cérémonie qui se déroule à Lausanne voit Meta Antenen remporter le prix pour la seconde fois après l’année 1966. Elle récolte 3’214 points, soit 460 de plus que l’athlète Werner Dössegger et 1’120 de mieux que le skieur de fond Alois Kälin. Les journalistes ont estimé que le charisme de Meta Antenen correspond exactement à ce que l’on imagine du sport dans son ensemble. Il n’est donc pas surprenant qu’elle soit la première dans l’histoire des récompenses suisses à recevoir une deuxième fois la médaille d’or. À la question de savoir quel prix 1966 ou 1971 a-t-elle le plus apprécié, Meta répond : «Je ne peux pas comparer cela avec la meilleure volonté. En 1966 c’était une joie plus enfantine, aujourd’hui j’apprécie cet honneur de manière très différente».

 

Trophée fair-play de la presse sportive allemande
L’Association ouest-allemande de la presse sportive a attribué pour 1971 son trophée du fair-play à la Suissesse Meta Antenen. Ce challenge, qui a été mis en jeu en 1965 par l’ancienne gloire de boxe allemande Max Schmeling, ex-champion du monde des poids lourds, récompense pour la première fois un athlète étranger. L’Association a entériné son choix en raison de l’attitude particulièrement sportive de Meta Antenen lors de finale du saut en longueur aux championnats d’Europe à Helsinki. Son comportement exemplaire vis-à-vis de sa rivale ouest-allemande Ingrid Mickler, qui l’avait battue au dernier essai du concours, a touché le jury. Jamais depuis que ce prix existe, le choix ne leur avait paru aussi évident : «Avec Meta Antenen, nous rendons hommage à une athlète qui ne devrait pas seulement être un modèle en Suisse».

 

Prix du fair-play de l’UNESCO
Le prix du fair-play « Pierre de Coubertin » offert par l’UNESCO a été décerné pour l’année 1971 à Meta Antenen. Le fait que cet honneur n’ait pas été accordé à la légère ressort déjà du fait que les organisateurs se sont renseignés auprès des organisateurs à Helsinki, auprès d’Ingrid Mickler, de journaux suisses, ainsi que des autorités de la ville de Schaffhouse. Meta a gagné ces honneurs surtout parce que le comportement à Helsinki n’était pas unique ni par coïncidence. Depuis qu’elle est apparue sur les terrains de sport, elle a toujours été remarquée pour son aide et sa camaraderie. Bien que Meta soit ambitieuse, elle n’a jamais cherché à obtenir des avantages qui ne lui reviendraient que par elle-même. Il faut adresser un grand compliment aux parents de Meta. Parce qu’avec leur éducation, stricte mais juste, ils ont jeté les bases de ses traits de caractère.

PAB

Version imprimable de l’article (PDF)

 

A découvrir prochainement

Meta Antenen – La première icône féminine de l’athlétisme suisse

Highlight 5 / 6 : 31.08.1972 – Les Jeux Olympiques de Munich

 

Vidéo

Meta Antenen / Vice-championne d’Europe du saut en longueur

 

ATHLE.ch VINTAGE – Accueil

ATHLE.ch VINTAGE – Facebook

ATHLE.ch VINTAGE – Instagram

 

Meta Antenen

TitreSaisonThèmeSitePDF
Preview1960-1976Meta Antenen, la première icône féminine
Accueil1960-1976Meta Antenen, la première icône féminine
Episode 11960-1963Du ballet à l'athlétisme
Episode 21964-1965Premiers records et titres en élite
Episode 3 1965Polémiques, formation et premier pentathlon
Episode 4 1966Connexion avec le sommet européen
Episode 51966Une chercheuse d'or en Russie
Episode 61967Objectif : Jeux Olympiques de Mexico
Episode 71968Une année olympique difficile à gérer
Episode 81969Le chef-d'oeuvre de Liestal
Episode 91969La remontada au pentathlon d'Athènes
Episode 101970Une année de transition
Episode 111971Un exploit de taille à Bâle
Episode 121971La Grande Dame d'Helsinki
Episode 131971Le temps des récompenses
Episode 141972Une année olympique prometteuse
Episode 151972Les Jeux Olympiques de Munich
Episode 161973Des progrès sur 100 m haies
Episode 171974Enfin un titre européen en salle
Episode 181974Les championnats d'Europe à Rome
Episode 191975Deux blessures gâchent la saison
Episode 201976Une troisième quête olympique
Statistiques1960-1976Palmarès et statistiques
Vidéo1960-1976Meta Antenen, la première icône féminine
Livre1960-1976Meta Antenen, la première icône féminine
Highlight06.07.1969Le chef-d'oeuvre de Liestal
Highlight17.09.1969Vice-championne d'Europe du pentathlon
Highlight25.07.1971Une perf de taille dans le vent
Highlight14.08.1971La Grande Dame d'Helsinki
Vidéo14.08.1971Vice-championne d'Europe du saut en longueur
Highlight31.08.1972Les Jeux Olympiques de Munich
Highlight10.03.1974Championnats d'Europe en salle à Göteborg

 

Highlights

DateAthlèteDisciplineÉvénementSitePDFVoir
27.07.1941Ilsebill PfenningHauteurRecord du monde égalé
22.08.1958Bruno Galliker400 m haiesMédaille de bronze européenne
04.07.1969Philippe Clerc200 mRecord d'Europe
06.07.1969Meta AntenenPentathlonRecord du monde
17.09.1969Philippe Clerc100 mMédaille de bronze européenne
17.09.1969Meta AntenenPentathlonVice-championne d'Europe
20.09.1969Philippe Clerc200 mChampion d'Europe
27.09.1969Sieglinde AmmannLongueurMeilleure perf mondiale de l'année
25.07.1971Meta AntenenLongueurPerf de taille dans le vent
14.08.1971Meta AntenenLongueurVice-championne d'Europe
31.08.1972Meta AntenenLongueurDiplôme olympique
10.03.1974Meta AntenenLongueurChampionne d'Europe en salle
07.06.1975Isabella LustiLongueurPerf de taille dans le vent

Commentaires

commentaires

Auteur

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top