ATHLE.ch VINTAGE | BIOGRAPHIE IRENE PUSTERLA / EPISODE 1 | Au début des années 2000, une jeune athlète Tessinoise de Mendrisio nommée Irene Pusterla (Società Atletica VIGOR Ligornetto) démontre des qualités de détente supérieures à la moyenne, au point de constater qu'elle se situe sur la même trajectoire que la grande Meta Antenen, une bonne trentaine d'années plus tôt. ATHLE.ch VINTAGE propose de revivre la carrière exceptionnelle d'Irene Pusterla, la reine du saut en longueur helvétique. Le premier des huit épisodes de cette biographie est consacré aux débuts prometteurs d'Irene Pusterla chez les jeunes.

Sur les traces de son père
Irene Pusterla, née le 21 juin 1988 à Mendrisio, commence sa carrière sportive en jouant au football. Grande supportrice de l’Inter Milan, elle va toujours cultiver cette passion pour les « Nerazzurri ». Au début des années 2000, elle se tourne vers l’athlétisme en rejoignant la Società Atletica VIGOR Ligornetto, une société de la ville de Mendrisio. Cette décision fait évidemment très plaisir à son père, lui qui fut un grand espoir du sprint helvétique au début des années ’70. En effet, Fabrizio Pusterla (SFG Lugano) avait défrayé la chronique le 3 juillet 1970 lors des séries du 100 m du meeting international de Zurich en réussissant à égaler le record suisse codétenu par Hansruedi Widmer (AS Pratteln), Philippe Clerc (Stade Lausanne) et Reto Diezi (LC Zürich) en 10″2. À 17 ans et demi seulement, on avait tout de suite vu en lui un futur champion, tant sa vélocité, sa puissance et en même temps sa décontraction avaient fait merveille au Letzigrund. Le jeune lycéen de Ligornetto parvenait à rester dans l’allure en 1971 avec un joli 10″4, mais la suite de sa carrière ne lui avait plus permis de dépasser les 10″8, en 1973 et en 1974. Ses études de droit à Lausanne ont mis un terme prématuré à sa carrière.

La mainmise chez les cadettes
La jeune Irene Pusterla se signale dans les statistiques nationales dès la saison 2002 lors de sa première année U16 où ses 5,40 m en longueur à Chiasso, avec un vent contraire de 2,1 m/s, lui valent la quatrième place du bilan suisse. Elle décroche dans cette discipline son tout premier podium national, une médaille d’argent, lors des championnats suisses jeunesse à Olten (5,27 m).
La Tessinoise, entraînée par Andrea Salvadé, s’améliore très rapidement en 2003 lors de sa deuxième saison chez les U16. Elle domine le saut en longueur avec 5,74 m, soutenu par de jolis chronos dans les sprints avec 10″01 sur 80 m et 12″21 sur 100 m. Désormais imbattable dans cette catégorie, elle remporte à Riehen les titres suisses du 80 m en 10″10 et de la longueur avec 5,70 m.

La saison 2004 en salle lui rapporte deux nouvelles médailles chez les U18 avec 7″73 sur 60 m et 5,85 m en longueur. Une semaine plus tard lors des championnats suisses indoor, toujours à Macolin, elle décroche sa première médaille en élite avec une médaille d’argent au saut en longueur avec 5,68 m. En plein air, Irene peaufine gentiment sa vitesse avec 12″15 sur 100 m et 25″24 sur 200 m, mais elle doit subir la loi d’une autre Tessinoise très véloce : Giorgia Candiani (SFG Chiasso). Associées aux deux sprinteuses de la LV Langenthal Fabienne Weyermann et à Sabrina Altermatt, le duo des Tessinoises participe au 4 x 100 m des championnats du monde U20 à Grosseto. Le 17 juillet, elles se classent troisièmes de leur série en 45″77, un chrono insuffisant pour décrocher une place en finale. Quant au saut en longueur, ses 5,90 m de Lugano font l’objet d’une attention de plus en plus particulière; en effet, les connaisseurs de l’athlétisme du pays ne peuvent s’empêcher de constater que la jeune Irene Pusterla se trouve sur une trajectoire similaire à celle dessinée à l’époque par la reine du saut en longueur helvétique, Meta Antenen (LC Schaffhausen). À 16 ans, la prometteuse Schaffhousoise avait franchi 5,92 m en 1965. Dès ce moment-là, on ne va pas faire autrement que de comparer les performances d’Irene par rapport à celles de Meta.
En 2005, Irene Pusterla tente de rééditer sa belle saison en salle de l’année précédente. Si elle parvient à conserver son titre du 60 m en 7″70, elle doit déchanter au saut en longueur avec un petit 5,42 m qui l’oblige à laisser les fougueuses Clélia Reuse (CABV Martigny) et Jennifer Kobashi (LC Luzern) devant elle. L’été venu, ses performances en sprint restent stables avec 12″10 sur 100 m, un chrono qui lui suffit pour être sélectionnée pour le Festival Olympique de la Jeunesse Européenne (F.O.J.E.) qui se dispute au début du mois de juillet à Lignano Sabbiadoro. Le 4 juillet en Italie, elle termine deuxième de sa série en 12″16, puis elle décroche son ticket pour la finale B en terminant troisième de sa demi-finale avec un chrono de 12″29. Le lendemain, Irene se classe au cinquième rang en 12″22, ce qui la place au onzième rang final de ce 100 m du F.O.J.E. Après cette première connexion avec le niveau européen, la Tessinoise reprend les concours de saut en longueur; on doit cependant constater un léger fléchissement avec 5,77 m à Chiasso et aussi une troisième place aux championnats suisses U18 à Langenthal. En fin de saison, Irene s’essaie également au triple saut à Locarno et ses 11,95 m lui permettent de signer la meilleure performance suisse de la saison chez les U18.

La ligne des six mètres est franchie
En 2006, la Tessinoise débarque dans la catégorie des U20 et les deux saisons à venir vont être très importantes pour déterminer la suite de sa carrière. L’an dernier, pour la première fois, les résultats ont eu de la peine à s’enchaîner valablement. La saison en salle à Macolin voit Irene remporter le titre U20 du triple saut avec 11,94 m, ainsi que deux médailles de bronze sur 60 m et en longueur. Au printemps, Irene prend de l’expérience avec beaucoup de courses sur 100 m. Au début les chronos ne décollent pas, mais aux championnats suisses simples à Olten, elle améliore son record en demi-finales avec 12″05. Dans les sauts, la Tessinoise débute au mois de juin à Aichach avec un joli triple saut mesuré à 12,30 m, puis elle améliore son record du saut en longueur au début du mois de juillet à Nembro avec 5,92 m. Elle aborde les championnats suisses U20 de Frauenfeld avec une belle confiance et, malgré le vent contraire qui souffle en permanence à 1 m/s, Irene réalise sur les sautoirs du Kleine Allmend Stadion le doublé longueur / triple avec de belles performances, notamment les 6,05 m en longueur, soit son tout premier saut à plus de six mètres. Sans vouloir vendre la mèche, on peut dévoiler qu’il y aura dans sa carrière 151 autres concours au-delà de cette fameuse ligne.

PAB

Version imprimable de l’article (PDF)

 

A découvrir prochainement

Irene Pusterla – La reine du saut en longueur helvétique

Episode 2 / 8 : Connexion avec le niveau européen

 

ATHLE.ch VINTAGE – Accueil

ATHLE.ch VINTAGE – Facebook

ATHLE.ch VINTAGE – Instagram

 

Irene Pusterla

TitreSaisonThèmeSitePDF
Preview2002-2020Irene Pusterla, la reine du saut en longueur helvétique
Accueil2002-2020Irene Pusterla, la reine du saut en longueur helvétique
Episode 12002-2006La mainmise chez les jeunes
Episode 22007-2009Connexion avec le niveau européen
Episode 3 2010La chasse au record suisse est ouverte
Episode 4 2011Au sommet de son art
Episode 52012Objectif Jeux Olympiques de Londres
Episode 62013-2014Les Européens de Zurich dans la tête
Episode 72015-2020Le bal des blessures à répétition
Episode 82020Les Jeux sont faits !
Bilans2002-2020Le palmarès et les statistiques
Face-à-faceMeta Antenen vs Irene Pusterla

Commentaires

commentaires

Auteur

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top