Mondiaux J5 | Meilleures photos et commentaires sur le vif LONDON 2017 | Les Mondiaux de Londres battent leur plein. Mardi, il s’est de nouveau passé plein de choses, belles, très belles et… aussi beaucoup moins belles : le silence, Sarah Atcho et… une étrange épidémie. Tout ça en plus de la superbe qualification pour la finale de Lea Sprunger. Retrouvez les meilleures images de notre photographe Daniel Mitchell ainsi que quelques-unes de nos impressions, réactions, frustrations, excitations, déceptions, soulagements and so on.

.
Photos : (c) Daniel Mitchell/ATHLE.ch

« 1 de 2 »

On adore | Silence d’une plénitude rare
Dans un monde de bruit et de fureur, où plus on est bête, plus on fait de bruit, plus on a de succès et plus on est content, l’athlétisme – vieux sport délicieux – peut être une exception. A Londres mieux que nulle part ailleurs : avant les courses, les plus de 60’000 spectateurs ne font plus un bruit et ne bougent plus une oreille. Pour un silence d’une plénitude rare, plein à craquer : plein de tension, d’excitation, d’attente, de crainte, d’énergie, en un mot d’enthousiasme. Avant l’explosion, de joie, de peine, comme dans la vie, mais en condensé.

Juste délicieuse | Atcho à l’interview sur SRF
Alors qu’elle « faisait plutôt souci » sur les images précédant la présentation de sa série de 200 m, la Lausannoise Sarah Atcho était ensuite comme on l’aime, juste craquante : d’abord sur la piste, où elle a fait le job en terminant excellente deuxième et se qualifiant à la place pour les demi-finales ; puis face à Jann Billeter, le sympathique interviewer de SRF. Nous, ce qu’on a préféré, en plus de son large sourire, c’est son « pardon, je n’ai pas bien compris » suite à la proposition de ce dernier de commenter « les simaches » de sa fin de course… Tout ça alors que la RTS montrait… le Real contre Manchester.

On s’inquiète | Londres frappée par une épidémie – Makwala exclu de la compétition
L’hôtel 4* qui accueille à Londres les délégations du Canada, de l’Irlande, du Botswana, de l’Allemagne et de la Belgique – le Tower Guoman Hotel – voit de plus en plus d’athlètes atteints de gastro-entérite. A ce jour, on recense une trentaine de cas, dont une victime fameuse : le coureur de 200/400 m Isaac Makwala (BOT). Déjà interdit des séries du 200 m lundi, il a été exclu mardi par l’IAAF de la grande finale du 400 m. « Isaac Makwala was withdrawn from the men’s 400 meters (final) due to a medical condition on the instruction of the IAAF Medical Delegate », a communiqué dans l’après-midi la Fédération mondiale. Pour sa part, le plus sérieux adversaire de Wayde Van Niekerk affirmait sur sa page Facebook : « I feel fine, no tests were conducted on me (to determine that I am sick) ». Makwala se serait battu toute la journée pour prouver qu’aucun médecin de l’IAAF ne l’a consulté. Puis aurait été au stade pour défendre ses chances, sans être autorisé à entrer dans l’arène, ordre du gouvernement anglais.

Toujours sur sa page Facebook, le Botswanais a parlé de « sabotage », mot disparu depuis. De son côté, l’IAAF a indiqué, mardi soir que « selon des prescriptions de santé britannique, Makwala aurait dû rester 48 heures en quarantaine dans sa chambre. Cela jusqu’au 9 août à 14h. Le procédé a été expliqué par écrit, personnellement et en toute exhaustivité à son staff ainsi qu’à la délégation botswanaise. »

De quel droit peut-on interdire ainsi le départ à un athlète ? Nous, ça nous inquiète.

Les images de notre photographe peuvent être achetées pour une utilisation libre de droit pour la modeste somme de CHF 20.- ici.

***

Lien vers notre dossier spécial Londres 2017
Lien vers l’horaire et les résultats

Commentaires

commentaires

Auteur

Autres articles en lien avec ce sujet

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top