ATHLE.ch VINTAGE | TIMELINE LES PIONNIERES DE L'ATHLETISME SUISSE / EPISODE 1 | La mise en place de l'athlétisme féminin en Suisse ressemble à une longue et sinueuse route. Longtemps ignoré voire même moqué, le mouvement a mis du temps à se développer. ATHLE.ch VINTAGE propose de revenir sur une période d'une quarantaine d'années - de 1921 à 1964 pour être précis - afin de dépoussiérer l'histoire plus ou moins oubliée de celles qui ont vécu les débuts de l'athlétisme en Suisse. Le premier des treize épisodes de cette saga est consacré au contexte athlétique qui régnait au début du XXe siècle.

Alors qu’aux États-Unis les premières compétitions féminines régulières ont lieu dès novembre 1895, l’Europe s’apprête à prendre part en 1896 à Athènes aux premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne. Le baron Pierre de Coubertin, le rénovateur de ces Jeux Olympiques, a ainsi jeté les bases d’une compétition qui engendrera, dans sa fabuleuse histoire, des exploits inoubliables. Mais le Français, né le 1er janvier 1863 à Paris, a également décidé de ne convier aucune femme en Grèce. Selon lui, elles ne pouvaient pas prendre part aux Jeux de l’Antiquité, ni même y assister. II estimait donc que ce principe devait être maintenu. C’est ainsi qu’a débuté sa lutte pour le moins déterminée contre la participation du sexe dit faible à ce qui deviendra, au fil des éditions, la fête mondiale du sport. Il y eut bien en tennis un simple dames lors des Jeux Olympiques de 1900 à Paris (c’est la Britannique Charlotte Cooper qui le remporta, devenant ainsi la première femme détentrice d’un titre olympique), elles durent pourtant attendre 1928 à Amsterdam pour pouvoir enfin participer aux épreuves-reines des Jeux Olympiques, celles d’athlétisme.

Alice Milliat tente de convaincre Pierre de Coubertin
En Europe et plus précisément en France, les femmes n’ont découvert l’athlétisme qu’après la Première Guerre Mondiale. En regroupant en décembre 1917 des clubs déjà existants comme le Fémina Sport (1912) ou l’En Avant (1912), Messieurs Payssé, Pellan, Mainguet, Weber et Lafreté ont créé la Fédération des Sociétés Féminines Sportives de France (F.S.F.S.F.). Le docteur Raoul Baudet devient Président, Mme Surcouf est nommée Présidente et Alice Milliat (1884-1957) s’occupe de la trésorerie. Cette dernière deviendra secrétaire générale en juin 1918 et Présidente de la F.S.F.S.F. le 10 mars 1919, ce qui fait déjà d’elle une véritable pasionaria du sport féminin français. C’est elle qui prend les devants en demandant à plusieurs reprises l’adhésion des femmes au mouvement olympique. Mais face aux blocages incessants des autorités du Comité International Olympique (C.I.O.) et surtout suite à l’ultime refus de Pierre de Coubertin en 1919 d’inclure quelques épreuves athlétiques féminines aux Jeux Olympiques de 1920 à Anvers, Alice Milliat et ses collègues décident, pour protester contre l’attitude hermétique du C.I.O., d’organiser elles-mêmes leurs compétitions féminines à partir de 1921. Pour cela, il faut pouvoir compter sur une instance plus solide administrativement parlant. C’est ainsi qu’en 1920, le bureau de la F.S.F.S.F. devient exclusivement féminin, dont Jeanne Brulé en assure le secrétariat général. Pour débuter modestement au bas de la pyramide, des épreuves sont organisées pour les scolaires.


Pierre de Coubertin et Alice Milliat ne sont absolument pas sur la même longueur d’ondes

Genève, berceau de l’athlétisme féminin en Suisse
Pendant ce temps-là en Suisse, à l’instar de la Pologne, l’Italie, la Belgique et la Norvège, un organisme spécial est créé pour diriger l’athlétisme féminin. Mais tout est très lent à se mettre en place; tout comme son développement, qui sera par la suite tellement laborieux qu’on va constater au milieu du XXème siècle un arriéré d’une génération ! Heureusement quelques Suissesses, un peu en avance sur leur temps, réussissent régulièrement à s’illustrer sur le plan international, au point de faire parler de l’athlétisme helvétique en des termes très élogieux. La France étant la force motrice et influente de ce nouveau mouvement, c’est bien logiquement à Genève que sont créés les premiers clubs d’athlétisme féminin en Suisse.

PAB

Version imprimable de l’article (PDF)

 

A découvrir prochainement

1921-1964 – Les pionnières de l’athlétisme suisse

Episode 2 / 13 : Les premières compétitions en 1921

 

ATHLE.ch VINTAGE – Accueil

ATHLE.ch VINTAGE – Facebook

ATHLE.ch VINTAGE – Instagram

 

Les pionnières de l'athlétisme suisse

TitreThèmeSitePDF
PreviewLes pionnières de l'athlétisme suisse
AccueilLes pionnières de l'athlétisme suisse
Episode 1Le contexte au début du XXe siècle
Episode 2Les premières compétitions en 1921
Episode 3 Des records du monde au javelot "two-handed"
Episode 4 Les derniers exploits d'un autre temps
Episode 5Tout doit être reconstruit
Episode 6Objectif championnats d'Europe 1938
Episode 7L'athlétisme continue pendant la guerre
Episode 8Le chef d'oeuvre d'Ilsebill Pfenning
Episode 9Perte d'élan durant les années '40
Episode 10Le règne des Bâloises durant les années '50
Episode 11Les Zurichoises reprennent la main
Episode 12Susanne Meier, la reine du pentathlon
Episode 13Que le show Meta Antenen commence...
Bilan 1921-1964Toutes les statistiques
VidéoLes pionnières de l'athlétisme suisse
LivreLes pionnières de l'athlétisme suisse
Highlight27.07.1941 - Ilsebill Pfenning

 

ATHLE.ch VINTAGE / Tous les dossiers

DossierParutionSitePDFVoir
La saison 1969 de l'athlétisme suisseFévrier-mars 2020
1921-1964 - Les pionnières de l'athlétisme suisseAvril 2020
Meta Antenen, la première icône féminine de l'athlétisme suisseAvril-mai 2020
Highlights de l'athlétisme suisseFévrier-mai 2020
Archives vidéo de l'athlétisme suisseFévrier-mai 2020

Commentaires

commentaires

Auteur

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top