Laurent Meuwly : « J’ai été écarté pour laisser la place à Kambundji » RELAIS | Après 6 ans passés à la tête du relais national féminin de 4x100 m, Laurent Meuwly est remplacé par l’Allemand Ralph Mouchbahani. Une décision prise par Swiss Athletics en dépit des succès remportés par le Fribourgeois. Le changement a selon lui pour enjeu de permettre le retour de la détentrice du record suisse du 100 m Mujinga Kambundji dans le relais.

.
Dans le communiqué publié aujourd’hui par Swiss Athletics (à lire ici), le chef de sport de performance Peter Haas s’exprime ainsi : « Aux Europe à Amsterdam, nous avons établi avec une jeune équipe un nouveau record suisse et récolté une belle 5e place ; aux JO de Rio, la même équipe s’est classée 12e. Ce sont des résultats très réjouissants, qui reposent avant tout sur le travail précis du coach Laurent Meuwly. Le moment est idéal pour passer le témoin ». La communication officielle indique aussi que : « Mouchbahani a également travaillé il y a quelques années de manière ponctuelle avec Mujinga Kambundji. La détentrice du record suisse du 100 m et médaillée de bronze des Europe 2016 a d’ailleurs signalé qu’elle entendait de nouveau courir pour le relais national après une année d’absence ». On s’en souvient, Kambundji avait claqué la porte du relais en début d’année suite à des désaccords avec Meuwly. Explications dans notre Stop Chrono à découvrir ici.

« Je n’ai pas choisi de passer le témoin »

Entraîneur en chef sprint/haies à Swiss Athletics, Laurent Meuwly est en désaccord avec la manière dont son remplacement à la tête du relais a été communiqué. Joint par téléphone en Afrique du sud où il est actuellement en camp d’entraînement avec son groupe, il affirme : « La vérité, c’est que ce n’est pas moi qui ai choisi de passer le témoin et que cette décision a été prise avant tout pour permettre le retour dans l’équipe de Mujinga Kambundji, qui n’a cessé de répéter qu’elle ne reviendrait pas tant que je serais là. C’est incohérent de mettre en avant mes succès avec des athlètes individuels et avec le relais, de me nommer entraîneur de l’année, puis d’indiquer que le temps est venu de me remplacer ».

Nombreux succès avec le relais

En 6 ans à la tête du 4×100 m féminin, Laurent Meuwly a établi 8 records suisses, atteint 3 finales européennes et s’est qualifié avec l’équipe pour 2 Jeux olympiques et 3 championnats du monde. Sa marque de fabrique et clé du succès : compenser par l’optimisation des passages et la cohésion d’équipe le manque de vitesse pure des Helvètes face aux meilleures spécialistes de la planète.

« Pour une nation comme la Suisse, je suis convaincu que cette méthode est la bonne, mais elle exige une grande implication et des sacrifices de la part de chacun. Il faut que le coach ait le pouvoir de prendre des décisions, qu’il puisse convoquer les athlètes pour des entraînements ou des camps. Pour un pays comme le nôtre, c’est la meilleure opportunité d’atteindre des finales mondiales en sprint. Je ne tiendrais pas le même discours si on était aux Etats-Unis ou en Jamaïque », explique Meuwly. « Malheureusement, trop peu de gens le comprennent. Cette année encore, alors qu’on nous prédisait un débâcle suite au retrait de Kambundji, on a établi un nouveau record suisse. Tout le monde trouve que c’est super, me tape sur l’épaule… avant d’affirmer que c’est quand même dommage, que ça pourrait aller encore plus vite avec Kambundji ».

Frustration

Sur sa page Facebook, le coach exprime ainsi son sentiment d’inachevé : « Cette frustration de n’avoir pas pu atteindre le résultat que nous aurions pu viser avec une adhésion encore plus grande aux principes et aux valeurs du collectif est bien présente au moment de devoir passer le témoin. Un peu plus de soutien, de courage, de prise de risques et de décisions impopulaires dans les moments importants n’auraient pas été de trop. Il reste un sentiment d’avoir été trop seul à y croire vraiment ».

Processus de décision

Meuwly fait ainsi l’historique du processus de décision résumé en « passage de témoin » dans le communiqué : « A la fin de cette saison, on a discuté de l’avenir du relais avec Peter Haas. Suite à cette discussion, on s’est donné trois semaines pour réfléchir. J’ai parlé avec les filles que j’entraîne et qui étaient aux Jeux avec le relais (Sarah Atcho, Salomé Kora et Ajla Del Ponte) et je suis revenu en disant que j’avais envie de continuer, qu’il y avait des jeunes athlètes motivées et que je voulais poursuivre ce qu’on avait bien commencé. Mais, entre-temps, d’autres discussions avaient visiblement eu lieu et Haas m’a bien écouté mais avait apparemment déjà pris sa décision. C’est un choix politique influencé par l’entourage de la Fédération ».

Interrogé à ce sujet, Peter Bohnenblust, Directeur de Swiss Athletics assure : « L’entourage de la Fédération n’a rien à voir là-dedans. Nous prenons toute décision dans le meilleur intérêt de la chose, en suivant notre but : le succès des athlètes ».

L’aventure continue

Malgré les différents rencontrés sur le projet relais, Meuwly continue à s’engager pour Swiss Athletics. Ironie du sort : en tant qu’entraîneur en chef sprint/haies, il sera le chef de son remplaçant à la tête du relais Ralph Mouchbahani : « Ce relais a du potentiel et dès que la décision est tombée, j’ai immédiatement pris contact avec Ralph. L’enjeu est de lui transmettre tout ce que je sais sur le relais et les filles pour lui permettre de faire le meilleur travail possible ».

Par ailleurs, Meuwly continue d’entraîner au quotidien 4 des 8 membres du cadre (Atcho, Kora, Del Ponte et la nouvelle-venue Samantha Dagry). Dont 3 titulaires de l’équipe qui a établi le record suisse cet été : « Ce n’est pas parce que je ne suis plus l’entraîneur du relais que ma philosophie va changer. Les filles réalisent cependant que le relais reste une immense opportunité pour elles d’avoir du succès sur le plan international et sont prêtes à continuer à s’y engager à fond ».

 

Commentaires

commentaires

Auteur

Autres articles en lien avec ce sujet

One Comment;

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top