ATHLE.ch VINTAGE | TIMELINE LES PIONNIERES DE L'ATHLETISME SUISSE / EPISODE 8 | La mise en place de l'athlétisme féminin en Suisse ressemble à une longue et sinueuse route. Longtemps ignoré voire même moqué, le mouvement a mis du temps à se développer. ATHLE.ch VINTAGE propose de revenir sur une période d'une quarantaine d'années - de 1921 à 1964 pour être précis - afin de dépoussiérer l'histoire plus ou moins oubliée de celles qui ont vécu les débuts de l'athlétisme en Suisse. Le huitième des treize épisodes de cette saga est consacré au chef-d'oeuvre réalisé par Ilsebill Pfenning le 27 juillet 1941 à Lugano.

On l’a évoqué dans le chapitre précédent, un exploit monstrueux a été réalisé par une athlète suisse durant la saison 1941. On va devoir vous raconter une histoire complètement folle : celle d’une performance qui a eu en son temps la valeur d’un record du monde, mais qui est passée totalement inaperçue des bilans de l’I.A.A.F. durant 35 ans… ! Bien sûr il y a une raison à tout cela, c’est pourquoi on va reprendre les faits les uns après les autres.

Ilsebill Pfenning au sommet de son art
Le 27 juillet 1941, Ilsebill Pfenning prend part à une compétition régionale à Lugano. Sur son sautoir d’entraînement du vénérable Campo Marzio, la sauteuse de 25 ans laisse ses jeunes camarades débuter le concours. Magda Vavassori et Luigina Roda franchissent toutes deux 1,25 m. Il est maintenant 16 heures et, seule en lice, Ilsebill Pfenning débute son concours à 1,50 m, soit une hauteur d’échauffement, qu’elle franchit bien sûr au premier essai. Il en va de même pour les deux barres suivantes à 1,55 m et à 1,60 m. La facilité avec laquelle elle a pu passer ces deux hauteurs lui donne l’idée de faire placer la barre directement à 1,66 m. Sur la gauche du sautoir, elle se concentre sous les yeux des spectateurs qui se sont massés aux alentours de l’aire d’élan. La sauteuse a déjà tenté cette hauteur il y a un peu plus d’une année du côté de Turin après avoir amélioré son record suisse avec 1,63 m et elle sait depuis longtemps qu’elle a cette hauteur dans les jambes. C’est parti, la course d’élan est bien rythmée, l’appel est vif et sa jambe droite décolle rapidement en direction de la barre. Son style, le « Western Roll », est exécuté à la perfection et au moment d’effectuer son retourné, ses deux jambes et son bassin ont franchi cette latte placée à 1,66 m. Elle retombe à quatre pattes dans le sable, sous les vivats du public, et elle célèbre ce magnifique nouveau record suisse pulvérisé de trois centimètres d’un coup. La fête est belle, mais il faut retrouver le calme pour la hauteur suivante à 1,68 m. Malgré un bon engagement, les trois tentatives sont hélas manquées chaque fois de très peu. Ilsebill en reste donc à ses 1,66 m, ce qui la comble déjà au plus haut point.


Le document officiel du saut d’Ilsebill Pfenning à 1,66 m

L’imposture de Dora Ratjen
L’histoire de ce magnifique record suisse aurait dû s’arrêter là. Mais c’était sans compter un coup de théâtre magistral, qui n’a pourtant jamais eu écho en Suisse. Pour comprendre ce qui s’est vraiment déroulé, il faut d’abord revenir au 18 septembre 1938, date du concours du saut en hauteur des championnats d’Europe à Vienne car c’est le point de départ d’une folle histoire. On avait vu que la vainqueur, l’Allemande Dora Ratjen, avait gagné le titre européen en battant le record du monde avec un saut à 1,70 m. À son retour en Allemagne, dans le train express reliant Vienne à Cologne, le conducteur du train a signalé à la police du poste de Magdebourg qu’il y avait un homme déguisé en femme dans le train. Dora Ratjen a été ordonnée de descendre du train et interrogée par la police. Elle a montré ses documents authentiques qui disaient qu’il était une femme, mais après quelques hésitations, a admis être un homme et a raconté son histoire. Un médecin a été convoqué et après un examen, Ratjen a été déclaré être un homme. L’athlète a été arrêté et envoyé au sanatorium sportif de Hohenlychen pour de nouveaux tests, avec les mêmes résultats. La procédure pénale s’est poursuivie jusqu’au 10 mars 1939, date à laquelle le procureur a déclaré : « La fraude ne peut pas être considérée comme ayant eu lieu parce qu’il n’y avait aucune intention de récolter une récompense financière ». Ratjen promet aux autorités qu’il cesserait de pratiquer le sport avec effet immédiat. Le père de l’athlète insiste d’abord sur le fait que Dora devait continuer d’être traitée comme une femme. Mais le 29 mars 1939, il écrit au chef de la police de Brême en demandant de changer le prénom de l’enfant en Heinrich. La médaille d’or remportée par Ratjen est alors restituée et son nom est radié de la liste des records du monde.

Conséquences sur le record du monde du saut en hauteur féminin
Mais pourquoi donc une telle supercherie ? La rumeur semble indiquer que les nazis aient fermé les yeux sur une ambiguïté sexuelle pourtant évidente, afin de barrer la route à la favorite du saut en hauteur dans les années ’30 : Gretel Bergmann, une juive allemande. Interrogée en 2009, elle insistait toujours sur le fait qu’un plan nazi – de déguiser Ratjen en femme pour participer aux Jeux Olympiques de 1936 à sa place – existait. Le film « Berlin ’36 », sorti en 2009, relate cette histoire (ndlr : le nom de Dora Ratjen a été volontairement changé en Marie Ketteler). Quant à la Britannique Dorothy Odam, vice-championne olympique en 1936 à Berlin, elle n’a jamais été dupe. Lorsqu’elle a franchi 1,66 m le 29 mai 1939 à Brentwood, elle pensait bien détenir le vrai record du monde. Elle explique : «Ils m’ont écrit en me disant que je ne détenais pas le record. Alors je leur ai répondu en disant que ce n’est pas une femme, c’est un homme ! Ils ont fait des recherches et l’ont retrouvé dans un bar en tant que serveur appelé Heinrich Ratjen. J’ai donc récupéré mon record du monde». Effectivement, le record du monde de Dorothy Odam a été officiellement reconnu par l’I.A.A.F. en 1957. Il en va de même pour la Sud-Africaine Esther van Heerden qui a égalé le record de Dorothy Odam le 29 mars 1941 chez elle à Stellenbosch. Elle figure en-dessous de la Britannique dans la liste des records du monde. Cette liste de l’évolution des records du monde du saut en hauteur féminin ignore pourtant la ligne dévolue à Ilsebill Pfenning et met à la place le nom de la Néerlandaise Fanny Blankers-Koen avec, dans le même concours le 30 mai 1943 à Amsterdam, des performances à 1,67 m, 1,69 m et 1,71 m.

Le protocole retrouvé par hasard permet une réhabilitation en 1976 ! 
Quand Ilsebill Pfenning a sauté 1,66 m le 27 juillet 1941, le sport appelé alors « athlétisme féminin » a encore du mal à se faire reconnaître en Suisse. Aussi personne n’avait réalisé qu’il s’agissait du record du monde égalé. Le Genevois David Moriaud, le Président du département d’athlétisme de l’A.S.F., assurait alors que le record du monde de Dora Ratjen de 1,70 m était toujours valable. C’est ainsi que le protocole officiel n’a jamais été transmis à l’I.A.A.F.
Au milieu des années ’70, l’historien de l’athlétisme suisse Fulvio Regli est en train de travailler avec Roman Bussmann sur le second volume du livre « Menschen, Meter und Minuten ». Par hasard, il découvre dans les archives de la Fédération Suisse d’Athlétisme le fameux protocole de la compétition de Lugano ! Tout y est : les signatures des juges-arbitres et même une lettre d’accompagnement, l’ensemble en trois exemplaires ! Sans hésiter, la F.S.A. envoie ces documents à Londres, à l’attention des statisticiens de l’I.A.A.F. Après une minutieuse vérification, l’instance reconnaît officiellement ce record du monde en 1976, soit 35 ans après sa réalisation. Le certificat de reconnaissance est remis à Ilsebill Pfenning par le Président du canton du Tessin, Monsieur Geo Camponovo. Elle reçoit également une plaque commémorative le 18 août 1976 lors du meeting Weltklasse à Zurich. «Mieux vaut tard que jamais», commente-t-elle ce jour-là. Son record suisse a finalement tenu 28 ans. Ce n’est en effet qu’en 1969 qu’il a été nettement amélioré, d’abord par Beatrice Graber (LC Winterthur) avec 1,70 m, puis surtout par Trix Rechner (GG Bern) avec 1,74 m et 1,77 m. Il faut dire que la technique du « Fosbury Flop » qui venait d’apparaître était bien plus facile à utiliser que le « Western Roll » pratiqué à l’époque par la Tessinoise. Convaincue qu’elle aurait pu sauter plus haut, Ilsebill Pfenning met pourtant un terme à sa carrière en 1942. Elle se marie avec le Dr Fiechter et elle déménage près de l’hôpital de Zollikerberg. Elle décède le 19 mai 1999, à l’âge de 83 ans. Elle restera à jamais la toute première Suissesse recordwoman du monde.

PAB

 

Version imprimable de l’article (PDF)

Progression du record du monde du saut en hauteur femmes

 

A découvrir prochainement

1921-1964 – Les pionnières de l’athlétisme suisse

Episode 9 / 13 : Perte d’élan durant les années ’40

 

ATHLE.ch VINTAGE – Accueil

ATHLE.ch VINTAGE – Facebook

ATHLE.ch VINTAGE – Instagram

 

Les pionnières de l'athlétisme suisse

TitreThèmeSitePDF
PreviewLes pionnières de l'athlétisme suisse
AccueilLes pionnières de l'athlétisme suisse
Episode 1Le contexte au début du XXe siècle
Episode 2Les premières compétitions en 1921
Episode 3 Des records du monde au javelot "two-handed"
Episode 4 Les derniers exploits d'un autre temps
Episode 5Tout doit être reconstruit
Episode 6Objectif championnats d'Europe 1938
Episode 7L'athlétisme continue pendant la guerre
Episode 8Le chef d'oeuvre d'Ilsebill Pfenning
Episode 9Perte d'élan durant les années '40
Episode 10Le règne des Bâloises durant les années '50
Episode 11Les Zurichoises reprennent la main
Episode 12Susanne Meier, la reine du pentathlon
Episode 13Que le show Meta Antenen commence...
Bilan 1921-1964Toutes les statistiques
VidéoLes pionnières de l'athlétisme suisse
LivreLes pionnières de l'athlétisme suisse
Highlight27.07.1941 - Ilsebill Pfenning

 

ATHLE.ch VINTAGE / Tous les dossiers

DossierParutionSitePDFVoir
La saison 1969 de l'athlétisme suisseFévrier-mars 2020
1921-1964 - Les pionnières de l'athlétisme suisseAvril 2020
Meta Antenen, la première icône féminine de l'athlétisme suisseAvril-mai 2020
Highlights de l'athlétisme suisseFévrier-mai 2020
Archives vidéo de l'athlétisme suisseFévrier-mai 2020

Commentaires

commentaires

Auteur

One Comment;

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top