Tade Abraham: «New York, c’est comme des petits Jeux olympiques» EXPLOIT | Pour son retour à la compétition suite à sa fracture de fatigue au sacrum, Tadesse Abraham s’est illustré dimanche en prenant l’excellente 5e place du plus prestigieux marathon de la planète en 2h12’01, à 1’07 du vainqueur Geoffrey Kamworor (KEN) : meilleure performance d’un Suisse à New York devant la 7e place de Viktor Röthlin en 2005. Un exploit de taille qui réjouit pleinement le Genevois d’adoption qui aurait cependant bien aimé que la course se coure plus vite.

.
Photos : (c) Thomas Gmür/ATHLE.ch

Deux heures après l’arrivée, suite à un passage par le contrôle anti-dopage, un Tadesse Abraham marqué mais heureux s’adressait aux journalistes helvétiques via un enregistrement audio WhatsApp en commençant par remercier les très nombreuses personnes qui l’avaient félicité depuis la Suisse. Avant d’enchaîner : « C’était une super course, New York c’est magique, j’ai donné tout ce que je pouvais ».

Geoffrey Kamworor (KEN), vainqueur 2017 du New York Marathon.

« J’aurais préféré une course plus rapide »
Contrairement à d’autres grands marathons, New York se court sans meneur d’allure, en mode « championnat ». Une situation qui s’est fait ressentir dès le début d’épreuve, puisqu’après le premier kilomètre sur le Verrazzano Bridge, les meilleurs populaires pointaient à hauteur de la tête de course élite, en ballade.

« J’aurais préféré que la course se coure plus vite », témoigne Abraham. « A ce rythme, les jambes deviennent lourdes et quand mes adversaires ont brutalement accéléré à 7 kilomètres de la fin, je n’ai pas pu changer de rythme. Ce n’est pas que j’étais à bout de forces, mais juste que je ne pouvais pas tourner les jambes assez vite. Je n’ai pas la vitesse suffisante pour rivaliser dans un tel cas de figure avec les 4 coureurs qui finissent devant moi ».

Avant de poursuivre : « J’ai essayé de faire ma course, de temps en temps je passais devant, mais je ne pouvais pas tout donner parce que je ne connaissais pas le parcours. On m’avait dit que la deuxième moitié était plus dure. Je m’attendais à une fin très difficile, mais finalement je ne l’ai pas trouvée si dure. Quand, à 6-7 km de l’arrivée, j’ai dû laisser partir, j’ai continué à mon rythme pour faire le meilleur résultat possible ».

Tade à l’arrivée.

« 5e à New York c’est fantastique »
Malgré ces quelques regrets, Tade savoure son exploit : « 5e à New York après ma blessure, c’est fantastique. Et de pouvoir faire une course comme ça : dans le groupe de tête pendant 36 km, avec ma famille qui était là et en imaginant tous les gens devant leur télévision en Suisse, c’était juste génial ».

Pour sa première sur le parcours mythique, Abraham a été conquis : « Si tout se passe bien, je reviendrai. J’ai décidé ça juste après l’arrivée. New York, c’est quelque chose d’unique : le public, la façon dont ils s’occupent de tous les coureurs, c’est juste incroyable »

Après une année 2016 qui l’a vu briller en remportant les Europe de semi-marathon à Amsterdam et en terminant 7e des Jeux de Rio, Tade ajoute ainsi une nouvelle ligne prestigieuse à son palmarès : « Je suis encore une fois meilleur Européen, donc ça confirme mon titre d’Amsterdam. Par rapport à Rio, c’est très différent, mais je mets ce résultat presque au même niveau. Pour moi, New York c’est comme des petits Jeux olympiques. Je pense que tout le monde devrait courir ici une fois dans sa vie. »

Quelques jours de repos et le retour en Suisse
« Là, je suis bien sûr fatigué, mais je me sens bien ; je peux marcher et courir normalement. Je n’ai juste pas du tout faim, mais heureusement j’ai pu me réalimenter avec des compléments sous forme liquide ».

Suite du programme : quelques jours à New York avec sa femme Senait et son fils Elod, avant le retour en Suisse mercredi, à Genève, pour disputer, notamment, en cette fin d’année, la Course de l’Escalade.

Lien vers l’interview vidéo de Tade à l’arrivée

Commentaires

commentaires

Auteur

Autres articles en lien avec ce sujet

*

Top