Choc | Le manager des dominateurs des courses sur route suisses dans la tourmente REPORTAGE | Le nouveau reportage vidéo de la star allemande de l’investigation Hajo Seppelt a été diffusé il y a une dizaine de jours sur ARD. On y découvre notamment les pratiques odieuses du manager Alexander Hempel, dont le groupe de coureurs kenyans basés à Schöneck (GER) écume depuis plusieurs années les courses sur route suisses.

.
Dans le reportage (en anglais/allemand) intitulé « La grande course à l’argent – athlètes africains à vendre », il est question : de coureurs africains achetés par d’autres nations (avant tout la Turquie), de dopage (avec l’un des managers les plus connus du circuit mondial, Jos Hermens, 15 médailles à Londres pour son entreprise Global Sports Communication) et des pratiques viles d’Alexander Hempel.

Ce dernier, dont les athlètes courent depuis plusieurs années en Suisse, en 2016 flanqués d’un maillot vert et noir, sous le nom de « Team Mizuno Allemagne » sur Datasport, est accusé, preuves à l’appui, de ne pas reverser les primes à ses protégés, de les loger dans une petite cave sans fenêtre ni porte pour les toilettes et de les exploiter pour des travaux ménagers à son domicile. Parmi ses coureurs les plus en vue, on compte notamment Patrick Ereng, vainqueur devant Tadesse Abraham l’hiver dernier à la Corrida bulloise, dauphin à l’Escalade ; Caroline Chepkwony, par deux fois victorieuse de l’Escalade ou encore le fantastique recordman de Morat-Fribourg Abraham Kipyatich.

Reportage complet à découvrir ici.

Commentaire
Nouveau coup de tonnerre dans le petit monde de l’athlétisme et de la course à pied. Suite à ses révélations en matière de corruption et de dopage – notamment vis-à-vis de l’IAAF, de la Russie, du Kenya et de l’Ethiopie –, le journaliste d’investigation et justicier des temps modernes Seppelt s’en prend aux managers. Pour dévoiler quantité d’éléments aussi terribles qu’inquiétants. Le constat (tragique) est toujours le même : quand ils sont outrés, succès, domination et brillance reposent sur la malhonnêteté, la triche et la vilenie.

Diffusé pendant les Mondiaux de Londres, alors que la planète athlétisme n’en avait que pour Bolt, Farah, Van Niekerk et ses stars nationales, le reportage de Seppelt est à ce jour resté lettre morte. Nous on se demande : comment vont réagir nos organisateurs ?

 

 

Commentaires

commentaires

Auteur

Autres articles en lien avec ce sujet

*

Top