Mondiaux 2017 | Dernière journée et bilan suisse LONDON 2017 | Derniers feux d’artifice sur la piste dimanche aux Mondiaux de Londres, pour clore des joutes mondiales somme toute très réussies. L’heure est aux bilans, aussi pour les Suisses, nous vous proposons le nôtre ci-dessous.

.
Photo: (c) Daniel Mitchell/ATHLE.ch

Les faits | Mondiaux historiques pour la Suisse
19 Helvètes ont représenté nos couleurs durant dix jours dans un stade olympique de Londres tous les soirs en ébullition, dans une ambiance unique. Les Suisses n’ont pas seulement été plus nombreux que jamais, mais encore au niveau des attentes. Les performances ont été solides, avec quelques exploits et déceptions. Swiss Athletics rentre au pays avec trois places de finalistes : deux 5e rangs (Lea Sprunger sur 400 m haies et le relais national de 4×100 m) ainsi qu’un 8e (Kariem Hussein sur 400 m haies). A cela s’ajoutent 6 résultats dans le Top 12 (Mujinga Kambundji sur 100 m et 200 m, Selina Büchel sur 800 m, Petra Fontanive sur 400 m haies, Géraldine Ruckstuhl à l’heptathlon et Nicole Büchler à la perche). Du jamais vu à ce niveau de compétition.

Les perfs | Sprunger et le 4×100 m dans la cour des grands
Les deux résultats les plus probants de l’équipe helvétique sont sans conteste les superbes 5e places de Lea Sprunger sur 400 m haies et du relais national de sprint. Soudain, les (petites) Suissesses se sont illustrées non seulement avec panache, mais aussi maîtrise face aux meilleures mondiales. Jeudi, la finale du 400 m haies a fait événement en Suisse romande : à 22h35, c’est toute une région qui s’est passionnée pour l’athlétisme. Malgré une hésitation sur le 4e obstacle, Sprunger a de bout en bout fait très forte impression, pour montrer de belles perspectives d’avenir. Idem samedi soir sur le coup de 22h30 pour la grande finale du 4×100 m : tout le monde s’est enthousiasmé en voyant Ajla Del Ponte partir comme une fusée, Sarah Atcho, Mujinga Kambundji et Salomé Kora enchaîner les bons passages et foncer jusqu’à l’arrivée. Quelle joie de voir ensuite, sur la liste de résultats, la (petite) Suisse en 5e position, entourée des plus grandes nations du sprint mondial. Chapeau bas !

L’image forte | Kambundji en tête après le virage en demi-finale
Quelle stupéfaction de voir la Bernoise Mujinga Kambundji débouler en tête de sa demi-finale mondiale du 200 m. On s’est dit : ça y est, notre championne a atteint le meilleur niveau planétaire. Debout sur notre canapé, on pensait déjà à la finale. Mais c’était aller trop vite en besogne : Kambundji s’est mise à perdre du terrain et patiner dans le bircher. Le retour à la réalité a été d’autant plus rude que Kambundji nous a depuis toujours habitué à élever comme nulle autre son niveau lors des grands championnats. Quels frissons malgré tout !

Excellent bilan – sentiment mitigé – pourquoi ?
Le résultat d’ensemble de l’équipe suisse à Londres est historique, tant sur le plan quantitatif (19 athlètes, plus que jamais) que qualitatif (voir ci-dessus). Grâce à des choix et des investissements stratégiques avisés, l’athlétisme suisse est parvenu à grimper sur une vague sans précédent, sur laquelle plusieurs athlètes d’exception ont aujourd’hui l’occasion de surfer.

Frustration : côté grand public, le sentiment est étonnamment mitigé. Au lieu de voir les gens se réjouir des prestations exceptionnelles de nos athlètes à Londres, la plupart s’est trouvée déçue : de voir Alex Wilson, Mujinga Kambundji, Fabienne Schlumpf, Selina Büchel et tous les autres ne pas réussir à entrer en finale ou en demi-finale… Et même plus : Nicole Büchler, Kariem Hussein, Lea Sprunger et le relais de 4×100 m ne pas remporter de médaille. Sommes-nous devenus fous ?

L’explication est peut-être à chercher du côté de la communication autour de notre sport : le mariage entre la réserve et prudence de la Fédération et le partage tout azimut par les athlètes et leur entourage des rêves les plus fous n’est peut-être pas heureux. Les médias ont tôt fait de perdre le Nord et informer le public de travers. Soyons là-aussi plus avisés !

Notre idéal, c’est une communication décomplexée, ouverte, honnête et critique, qui permette de vivre et d’apprécier tous les résultats, les échecs comme les exploits à leur juste valeur. En montrant ses cartes, ses forces et ses faiblesses, le jeu nous semble beaucoup plus intéressant et excitant qu’en jouant à cache-cache ou en fanfaronnant. Tant pour les athlètes, leur entourage, la fédération que les sponsors et le grand public.

Aperçu des résultats des meilleurs Suisses

(par ordre d’apparition dans le stade)
Nicole Büchler | Perche | 11e avec 4,45 m
Angelica Moser | Perche | 13e avec 4,50 m
Alex Wilson | 100 m | 21e en 10″30
Alex Wilson | 200 m | 25e en 21″22
Caroline Agnou | Heptathlon | 21e avec 6001 points
Géraldine Ruckstuhl | Heptathlon | 11e avec 6230 points
Mujinga Kambundji | 100 m | 10e en 11″11
Mujinga Kambundji | 200 m | 10e en 23″00
Salomé Kora | 100 m | 22e en 11″31
Kariem Hussein | 400 m haies | 8e en 50″07
Lea Sprunger | 400 m haies | 5e en 54″59
Petra Fontanive | 400 m haies | 12e en 55″79
Yasmin Giger | 400 m haies | 36e en 57″72
Sarah Atcho | 200 m | 14e en 23″12
Cornelia Halbheer | 200 m | 27e en 23″51
Fabienne Schlumpf | 3000 m steeple | 13e en 9’36″08
Selina Büchel | 800 m | 11e en 1’59″85
Equipe nationale | 4×100 m | 5e en 42″61
Alex Florez | 50 km marche | disqualifié
Laura Polli | 20 km marche | 49e en 1h39’05

Commentaires

commentaires

Auteur

Autres articles en lien avec ce sujet

*

Top