EXPLOIT RARE | Lea Sprunger 5e des CHAMPIONNATS DU MONDE ! London 2017 | Exploit, joie et déception rares pour Lea Sprunger aux Mondiaux. En 54"59, elle se classe brillante 5e, avec le deuxième meilleur chrono de sa carrière, mais échoue dans sa lutte pour la médaille. Déstabilisée par le départ ultra-rapide de l’Américaine Dalilah Muhammad, Sprunger est passée de 14 à 15 foulées plus tôt que prévu. Mondiaux très réussis pour elle, avec de loin le meilleur résultat de la délégation helvétique – à ce jour.

.

Quelle tension, quelle excitation : Lea Sprunger en FINALE des CHAMPIONNATS DU MONDE de Londres. Au couloir 5. Face à toutes les meilleures mondiales, forcément.

Quelle course ! La tactique était claire : partir un chouillat plus vite qu’en demi-finale, puis mettre les bouchées doubles et ramasser les morts sur la fin, comme elle a pris l’habitude de le faire, grâce à son schéma de course avisé. Mais ça n’a pas joué comme espéré. Partie en boulet de canon, l’Américaine Dalilah Muhammad a déstabilisé la Suissesse, contrainte, bien malgré elle, d’anticiper son changement de foulées entre les obstacles. Avec pour conséquence d’être moins rapide que ses adversaires jusqu’à l’entrée de la dernière ligne droite, de se retrouver trop loin de la tête pour les dévorer et espérer finir sur la boîte. Dommage.

La victoire est revenue à Kori Carter (USA), dans l’excellent chrono de 53″07, devant Dalilah Muhammad (USA) en 53″50 et Ristananna Tracey (JAM) en 53″77. Très vite, très fort. Il n’y a pas de regret à avoir.

A l’interview, la Lausannoise était toute tendre et toute contente : « Finir 5e, c’est incroyable ! Quand on se lève le matin d’une finale mondiale, on veut évidemment se battre pour une médaille, mais faire 5e, c’est juste génial ». Avant d’ajouter : « C’était ma première saison avec mon rythme de course qui va m’amener loin, je pense. Je finis déjà 5e : ça promet pour l’avenir, mon grand but : les Jeux olympiques. »

Bonne nouvelle : alors qu’elle disait en avoir marre d’apprendre et de vouloir récolter des fruits lors de ses derniers sorties en championnats internationaux, elle se réjouit de nouveau d’apprendre : par exemple à « mieux gérer les médias et les réseaux sociaux ». Lors de ces Mondiaux, l’ampleur médiatique a en effet soudain pris des proportions monstres.

Nous, tout ce qu’on a envie de dire, en ce soir du 10 août 2017, c’est : BRAVO et MERCI Lea : tu nous as fait rêver ! Et bien sûr, on se réjouit déjà de la suite : Zurich, d’abord, puis, l’année prochaine et les années à venir.

Commentaires

commentaires

Auteur

*

Top