Mondiaux de Londres | Sprunger au départ avec le 5e chrono des engagées PREVIEW | Les Championnats du monde de Londres débutent ce vendredi avec trois Romandes : Lea Sprunger sur 400 m haies, Sarah Atcho sur 200 m et 4x100 m ainsi que Samantha Dagry comme remplaçante du relais. Preview des chances romandes suite à notre commentaire (parfois mal compris) de mercredi visant à montrer l’ampleur de la tâche qui attend les Helvètes. Avec le 5e chrono des engagées, Sprunger est l’un des meilleurs atouts de l’équipe suisse en Grande-Bretagne ; sinon le meilleur.

.
La révélation Sprunger
Début juillet, Lea Sprunger a connu une semaine magique avec le record suisse du 400 m (51″09) le dimanche à La Chaux-de-Fonds, suivi de la plus grosse perf de sa carrière le jeudi à Athletissima sur 400 m haies : 54″29, deuxième place de « sa » Diamond League, à 4 centièmes seulement du record suisse d’Anita Protti.

Ceux qui n’étaient pas encore au fait du potentiel de la Vaudoise ont été éblouis, à commencer par les rédacteurs du site de l’IAAF qui lui ont alors consacré un article élogieux, indiquant que : « A 27 ans, tard venue au plus haut échelon de notre sport […], Sprunger serait quelqu’un à suivre de près aux Mondiaux de Londres ».

Avec ses 54″29, Sprunger s’élancera avec le 5e chrono des engagées et l’objectif d’atteindre sa première finale mondiale. Mais attention : il y aura du monde au portillon : 18 athlètes ont déjà couru en moins de 55 secondes et plusieurs redoutables concurrentes figurent derrière Sprunger sur les listes de départ. A commencer par la championne d’Europe et vice-championne olympique en titre Sara Peterson (DEN) et l’Américaine Cassandra Tate, au bénéficie d’une Wildcard pour avoir remporté la Diamond League en 2016.

Au vu de la concurrence, un exploit et une révélation sur la scène mondiale passera vraisemblablement par un record suisse. Pour rappel : Anita Protti avait terminé 6e en 1991 à Tokyo avec l’actuel record suisse de 54″25. A suivre de très près, lundi 7 août à 20h30 (heure suisse) pour les séries, mardi 8 à 21h35 pour la demi-finale et… jeudi 10 à 22h35 pour la grande finale.

Grande première pour Atcho
Après avoir déjà été de la partie l’été dernier aux Jeux de Rio avec le relais, Sarah Atcho vivra à Londres sa première expérience en individuel dans une grande compétition mondiale. La sprinteuse lausannoise a réussi les minima sur 200 m pour la première fois fin juin à Bulle, avant de confirmer à Athletissima et à trois reprises en deux jours pour décrocher la médaille d’argent aux Europe U23 en Pologne. Avec son meilleur chrono de 22″90, elle pointe au 27e rang de la liste des engagées.

Atcho n’aura pas la même pression que Sprunger suite à une saison qui a déjà été longue et riche en émotions, avec ses premiers minima mondiaux, sa première Diamond League à Lausanne, sa première médaille internationale en individuel en Pologne et encore, la semaine passée, les Jeux de la Francophonie à Abidjan avec une nouvelle breloque d’argent au terme d’une course terminée avec des crampes. Lui reste-t-il encore de quoi se surpasser ? Pour sûr en tout cas qu’elle va tout donner. Séries mardi 8 août à 20h30, demi-finale jeudi 10 à 22h05, finale vendredi 11 à 22h50.

Consécration pour le relais ?
Depuis 2011 et un premier record national à Athletissima, l’équipe nationale féminine de 4×100 m monte en puissance d’année en année et se prépare minutieusement en attendant son heure. On avait cru celle-ci arrivée en 2014 aux Championnats d’Europe à Zurich, avant que le drame de Mujinga Kambundji, qui a perdu le témoin après quelques mètres de course en finale.

Qu’à cela ne tienne, l’équipe à la géométrie variable a poursuivi sa progression. En 2017, le remplacement de l’entraîneur emblématique de l’équipe Laurent Meuwly par l’Allemand Ralph Mouchbahani a permis le retour de la détentrice du record suisse du 100 m Kambundji. Si ce changement n’a pas fait l’unanimité (4 des 6 filles de l’équipe qui se rendra à Londres s’entraînent avec Meuwly), la bonne entente entre les relayeuses, les impressionnants progrès individuels et les mécanismes toujours bien huilés de l’équipe ont permis au 4×100 m de poursuivre sa progression avec à la clé un nouveau record suisse de très haut niveau (42″53) le 6 juillet dernier en fin de programme à Athletissima.

Avec ce temps, la Suisse pointe au 4e rang mondial à ce jour en 2017. De quoi permettre les rêves les plus fous. « Londres est magique, la médaille est possible », titrait vendredi dernier le Giornale del Popolo pour une interview de la première relayeuse tessinoise de l’équipe Ajla Del Ponte. L’équipe type cette année est composée, dans l’ordre, de Del Ponte, Atcho, Kambudnji et Kora. Samantha Dagry et Cornelia Halbheer seront présentes comme remplaçantes. Séries samedi 12 août à 11h35, finale samedi 12 à 22h35.

***

Lien vers notre dossier spécial Londres 2017

Lien vers le preview du 400 m haies par l’IAAF (en anglais)
Lien vers le preview du 200 m par l’IAAF (en anglais)

Lien vers l’horaire et les résultats

Commentaires

commentaires

Auteur

Autres articles en lien avec ce sujet

*

Top