Abraham « sur des rails » en direction de Londres ENTRAÎNEMENT | En octobre dernier, Tadesse Abraham annonçait son grand rêve pour 2017 : améliorer le record d’Europe du marathon (2h06’10) en avril dans le cadre du prestigieux London Marathon. Depuis, le recordman suisse des 42,195 km a dominé la saison suisse de courses sur route, avant de quitter une nouvelle fois les siens pour retrouver son camp de base en Ethiopie, où il travaille dur depuis janvier en vue d’atteindre son objectif.

.
En Ethiopie, Tadesse Abraham vit et s’entraîne dans et autour de la capitale Addis-Abeba, métropole de 3,5 millions d’habitants située à quelque 2300 m d’altitude. Depuis sa campagne 2016 réussie (record suisse, titre européen et diplôme olympique), Abraham fait confiance au même coach local : Gemdu Dedafo, à la tête d’un groupe d’une grosse vingtaine de coureurs du meilleur niveau mondial. Parmi eux, « Tade » dit compter 4 ou 5 amis proches.

Entraînements surprises
Le programme de la semaine n’est jamais connu à l’avance : « Le lundi on ne sait que le jour et la date du premier entraînement de la semaine. On se retrouve tous à ce moment-là, le coach annonce la séance, on s’entraîne et puis il nous indique quand aura lieu le prochain entraînement. Ça peut être le lendemain comme deux ou trois jours plus tard. Il sait ce dont on a besoin, je lui fais confiance ». Entre temps, les coureurs « font le boulot » en avalant des kilomètres : « Les jours où il n’y a pas d’entraînement au programme, on s’organise nous-mêmes en petits groupes et on fait en général quelque chose comme 1h30 le matin et 45 minutes l’après-midi, à des rythmes toujours faciles, entre 5’ et 3’30 au kilomètre ».

Entre 180 et 220 km par semaine
Dimanche dernier, Tade s’est offert un jour complet de pause, le premier depuis son arrivée en Ethiopie début janvier : « Je me sentais fatigué. En général dans ces cas-là, je me contente de raccourcir un peu les footings, mais là j’avais besoin de plus. Ça m’a fait énormément de bien. Maintenant je me sens super en forme », raconte-t-il au téléphone. La charge totale par semaine varie entre 180 et 220 kilomètres, la plupart parcourus à des rythmes raisonnables.

Lors des séances officielles données par le coach, les coureurs sont presque à chaque fois amenés à courir sur des surfaces variées et à des rythmes très différents dans le même entraînement. « La semaine dernière, on a fait un entraînement composé de 45’ de footing crescendo, 15×200 m de montée et 10×100 à 150 m sur la piste. Deux jours avant, on avait une séance de 10×800 m entre 2’10 et 2’11 avec 1 minute de pause, suivis de 10×400 m entre 61 et 63 secondes avec 45 secondes de pause. Les « Long runs », sorties longues au rythme du marathon, font aussi partie intégrante de la préparation.

La famille en visite
Mi-février, Tade a reçu une semaine durant la visite de sa femme et de son fils, venus pour la première fois le trouver dans son camp d’entraînement en Ethiopie. Il ne les reverra plus avant fin avril, suite au London Marathon sur lequel il mise tout et où il se rendra directement depuis Addis-Abeba. Sa préparation devrait l’amener comme sur des rails au meilleur de sa forme.

Commentaires

commentaires

Auteur

Autres articles en lien avec ce sujet

*

Top