RECORD SUISSE | Wanders : « Le dernier kilomètre s’est couru en moins de 2’40 ! » IMMENSE EXPLOIT | 28’22 : RECORD SUISSE ÉLITE DU 10 KM POUR JULIEN WANDERS (Stade Genève). Dimanche dans la région parisienne, le Genevois de 20 ans a terminé 6e et meilleur Européen de la Corrida de Houilles, à 3 secondes seulement de la tête d’une course de très haut niveau international. Il améliore de 4 secondes la meilleure marque suisse élite de tous les temps établie en 1986 à Miami (USA) par la légende Markus Ryffel.

.
Photo : www.trackandlife.fr

Ce n’est pas souvent que Julien Wanders court assez vite pour être à la hauteur de ses ambitions ; pas souvent qu’il admet être satisfait de sa prestation. Forcément, c’était le cas, du moins à peu de choses près, ce dimanche à Houilles : « Je suis content. Bien sûr que je regrette un peu de ne pas avoir gagné, ou au moins terminé sur le podium, c’est pour ça que je cours, mais ce soir je suis satisfait ». Et il y a de quoi l’être : le Genevois a signé dimanche la meilleure performance de sa jeune et déjà riche carrière.

En 28’22 (2’50/km), le double-national Wanders ne détrône pas seulement Markus Ryffel, mais fait également voler en éclats son propre record suisse U23 (28’58) ainsi que la meilleure marque française espoirs de tous les temps détenue jusqu’alors par Benoit Zwierzchowski en 28’33.

Dans la course, il a été le seul Européen à réussir à tenir le rythme des Africains. Il laisse à près d’une minute les meilleurs Français, Benjamin Choquert et Yohann Durand. Le Britannique Ben Connor, bon 16e et titré par équipe des Europe de cross le week-end dernier, pointe à 35 secondes de Wanders ; alors que le champion d’Europe 2014 du 3000 m steeple Yoann Kowal, qui avait annoncé viser un chrono aux alentours des 30’, a été distancé dès le début de course avant d’abandonner.

Bosses et changements de rythme

Sur un parcours bosselé et tournant, Wanders s’est accroché à un peloton de 8 coureurs des haut-plateaux naviguant à un rythme variable : « Il y avait pas mal de changements de rythme, ça courait assez tranquille et puis d’un coup il y avait un kilomètre en 2’45. Dans le dernier kilomètre, c’était une accélération en crescendo, deux des coureurs du peloton ont sauté et puis… c’est moi qui ai dû laisser aller à environ 100 m de la ligne. On passe en 14’22 à mi-parcours et le dernier kilomètre s’est couru en moins de 2’40 ».

Le résumé de la course proposé par le site de l’IAAF indique que Wanders a pris les devants à 2 km de la ligne : « Les coureurs en tête attendaient de voir qui allait prendre les choses en main. Wanders a alors durci le rythme mais n’est pas parvenu à s’échapper, après que Kangogo [le futur vainqueur] ait contré son attaque », peut-on lire sur le site de la Fédération internationale.

De bonnes jambes et un souffle de fou

« C’était génial : j’étais vraiment bien aujourd’hui. Au niveau des jambes, mais surtout du souffle. Dès le début et jusqu’à la fin, c’était facile. Bon, j’exagère parce qu’au final je me fais quand même battre. Je ne pense avoir moins de vitesse que les gars qui finissent devant moi, au contraire, mais j’encaisse moins bien qu’eux les changements de rythme. J’étais moins frais en toute fin de course. C’est là-dessus qu’il faut que je bosse ces prochains temps pour pouvoir espérer finir tout devant ».

Wanders s’envole déjà de nouveau mardi pour la suite de sa préparation au Kenya. « Le plan c’est de continuer à travailler pour être plus en forme encore au début de la saison sur piste. Jusqu’ici, j’ai fait un gros travail de fond au Kenya et puis j’ai bossé le spécifique ces dernières semaines en participant aux courses et avec une séance ciblée chaque mercredi. Comme je n’avais que très peu travaillé le spécifique avant de revenir à Genève, ma forme s’est améliorée de semaine en semaine : à Bulle, Bâle, Genève et enfin aujourd’hui à Houille. Là, on va repartir sur la base pour quelques semaines ».

Les prochains objectifs pour le tout frais recordman suisse élite : un semi-marathon au printemps, puis la saison de piste avec en point de mire les minima pour les Mondiaux de Londres sur 5000 m. Pour être de la partie, il lui faudra réussir un gros chrono : à ce jour, son record est de 13’50 ; et la limite de 13’22 ; temps plus réalisé par un Suisse depuis Christian Belz en 2004.

Hernandez aussi très bon

Ilias Hernandez (Stade Genève), qui s’était entraîné quelques semaines cet hiver au Kenya avec Wanders, était lui aussi présent à Houille, où il a porté son record à un très bon 30’48.

Lien vers les résultats
Lien vers notre interview d’avant course avec Julien Wanders

Commentaires

commentaires

Auteur

Autres articles en lien avec ce sujet

*

Top